Pour les aidants

Bien manger, être en bonne santé

ML
Mathilde

Prendre soin de soi commence au moment du repas. Cela semble évident, pour autant, cela n'est pas si simple, notamment pour les personnes touchées par ce que l'on appelle la dénutrition. 

"Dénutrition" ... On vous l'accorde, il ne s'agit pas d'un terme qu'on croise tous les jours, et il ne semble pas très sympathique.

On estime à 2 millions le nombre de personnes souffrant de dénutrition en France. Encore sous-estimé, il s'agit pourtant d'un vrai sujet de de santé public. La dénutrition concerne le plus souvent les personnes âgées, les personnes souffrant de certaines pathologies (conseil Care Manager Unaide : veillez d'autant plus à ce phénomène lorsque votre proche est atteint d'un maudit cancer). Dans certains cas, nos ados et jeunes adultes souffrant d’anorexie sont également touchés de dénutrition.

La dénutrition, qu'est-ce-que c'est ?

La dénutrition est considérée comme une pathologie, caractérisée par une insuffisance des apports nutritionnels au regard des besoins énergétiques de l’organisme. Pour fonctionner, votre corps a besoin d'énergie, et par conséquent de bonnes calories. Tout cela se trouve dans les bonnes choses que vous allez manger au quotidien. Si vous ne consommez pas suffisamment de bons petits plats, de fruits, ou de légumes, votre corps va alors puiser dans ses réserves... Conséquence : vous allez commencer à rapidement perdre du poids. Bonne nouvelle diront certain(e)s ; sauf que cela va vite mettre votre organisme à rude épreuve.

Les principales causes : la dénutrition peut être causée par des maladies chroniques comme Alzheimer ou Parkinson ou encore des cancers comme celui de l’estomac ou du côlon. Elle peut aussi être une conséquence du vieillissement de l’organisme.

En effet, les seniors représentent une population particulièrement à risque puisque le vieillissement peut s’accompagner de troubles de l’appétit et d’une diminution progressive de la masse musculaire. S'il a du mal à trouver l'appétit ou même l'envie de passer à table, motivez votre proche à manger en petites quantités à plusieurs reprises au cours de la journée : un yaourt, une pomme, un bol de céréales, un morceau de fromage... 

Comment la repérer ?

A retenir : la perte de poids est l’indicateur principal de la dénutrition. Surveiller le poids est essentiel, il ne faut pas dépasser une perte de poids de 3 kg.

Un calcul simple permet ainsi de reconnaître une dénutrition. Il s’agit du calcul de l’IMC (Indice de Masse Corporelle). Comment le calculer ? Il correspond au poids divisé par le carré de la taille (IMC = poids en kg/taille² en m). Si le résultat est compris entre 16,5 et 18,5 on parle de maigreur et s’il est inférieur à 16,5 on parle de dénutrition.

CONSEIL CARE MANAGER : un rendez-vous avec le médecin traitant devra être pris au plus vite pour prendre en charge la dénutrition et éviter ainsi plus facilement ses conséquences : état de fatigue général, déficit immunitaire, troubles de l’équilibre, chutes etc.

D’autres signes peuvent accompagner la dénutrition.

La perte d’appétit est un signe avant-coureur. Les problèmes bucco-dentaires, la difficulté à déglutir ou à digérer ou encore l’altération du goût sont des troubles qui contribuent davantage à cette perte d’appétit.

On peut aussi remarquer d’autres changements qui témoignent de ce phénomène : la peau devient sèche, les cheveux se cassent, la cicatrisation est difficile, les urines sont foncées…

Comment la traiter ?

Première étape : nous vous conseillons de démarrer par adapter l’alimentation

Augmentez les aliments riches en protéines et maintenez un apport suffisant en vitamines E, vitamines D, ou encore vitamines B12. Dans quels aliments trouver toutes ces bonnes choses ? Vous pouvez remplir votre réfrigérateur de lait entier, beurre, crème fraîche, pâtes, semoule... tout cela mélangé à des fruits et légumes frais, poissons gras, produits céréaliers complets.

Deuxième étape, en cas de besoin : complétez ces apports

On peut également inclure des Compléments Nutritionnels Oraux qui se présentent sous la forme de crèmes desserts, boissons lactées et jus de fruits.

Troisième étape, la plus agréable : associer repas et plaisir

Au-delà des apports nutritionnels, le comportement alimentaire ne se réduit pas à l’ingestion d’aliments... Emotions, plaisir, motivation entrent également en jeu ! Incitez votre proche à manger en rendant les repas agréables est donc tout aussi important. On peut par exemple dresser de belles assiettes, rehausser le goût des plats avec des épices ou des aromates.

Vous l'aurez compris, bien manger est essentiel pour rester en bonne santé. Maintenir une activité physique quotidienne d’environ 30 minutes par jour l’est tout autant, notamment dans le but de conserver une masse musculaire suffisante.

Pour finir cet article, voici une célèbre citation d’Hippocrate, médecin et philosophe du V siècle avant J-C, qui montre le lien entre l’alimentation et la santé :

“Laisse ta nourriture être ton remède et ton remède ta nourriture.”

LE SAVIEZ-VOUS ?
Votre Auxiliaire de Vie Unaide peut prendre en compte les habitudes alimentaires de votre proche. L'Auxiliaire de Vie est également aux côtés de votre proche pour préparer le repas avec lui (cela rend alors le moment encore plus agréable) et/ou pour l'aider à prendre le repas. Discutons-en, c'est important. 

Contactez votre interlocuteur Unaide au 03.75.00.10.20
ML
Mathilde

Cela pourrait vous intéresser

Voici une sélection d'articles que nous vous propopons

Les groupes de paroles dédiés à l'accompagnement d...

Partout en France, des associations d'aidants pour séniors accompagnent ceux qui aident...

Avancée en âge : prenez soin de vous !

Nota bene : l'ensemble des conseils indiqués ci-dessous sont valables autant pour une pe...

Unaide x Bonjour Senior

Depuis 2020, Unaide est partenaire de Bonjour senior, un portail dédié aux seniors et au...